Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A comme Alsace...

Curieux comme je joue avec les rues et les places.

 

Je contourne, je détourne, je change de trottoir. Je fais des détours incroyables....il y a trop de coins qui me rappellent....

 

J'évite tous ces lieux, la boulangerie, le restaurant sur la place, le libraire, le traiteur italien, le café en haut de l'escalier.

 

Je ne veux rien savoir, rien revoir...je veux oublier. 

 

Et pourtant ce soir, mes pas ont été plus rapides que moi...je me suis retrouvée à l'entrée du vieux café, de "notre vieux café".

 

Je suis entrée...et pourtant le lieu n'est pas si accueillant... un vieux café parisien avec le patron figé derrière le bar et la serveuse qui traîne la patte en grommelant...un café qui ne veut pas changer et qui se contrefout du mot "branché.

 

Je suis allée m'asseoir à la même place qu'avant...sur la banquette rouge.

 

Je ne me suis pas mise en scène, je n'ai pas sorti mon livre, mon carnet et mon crayon à papier...je n'attendais personne...autant rester simple.

 

J'ai posé mes deux mains sur le bois usé de la table.

 

Derrière le bar, le patron me regardait.....il a dit "un ballon d'Alsace, c'est ça ? " , "c'est ça" ai-je répondu.

 

Il a  posé le verre entre mes mains posées (elles aussi) à plat sur la table.

 

J'ai toujours aimé les verres pour le vin d'Alsace....le long pied vert et le ballon avec ses petites grappes de raisin ciselées...il faut dire que j'ai la beauté modeste.

 

J'ai regardé mes mains...mes ongles, trop courts, les peaux rongées....plus de vernis écalarte...plus la peine.

 

J'ai regardé le verre...je l'ai saisi et levé, heureuse de constater que je ne tremblais pas.....j'ai avalé la moitié du verre...reposé le verre...je l'ai repris et je l'ai vidé....

 

J'ai tourné la tête vers le comptoir, capté le regard du patron..."la même chose, s'il vous plait"....

 

Il est venu avec la bouteille, je lui aurais bien demandé de la laisser sur la table et puis non....cela aurait trop ressemblé à une scène d'un mauvais film.

 

J'ai vidé le verre, me suis levée pour régler...

 

4,50 euros, il a dit ?

 

Pour 2 verres ?

 

Non pour un seul...le second c'est pour moi....après tout vous êtes une habituée....

 

Merci alors...

 

Je suis sortie, j'ai remonté mon col, installé mon sac sur mon épaule....il avait raison le patron, j'étais une habituée, maintenant c'était mon café...

Commentaires

  • Pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir ce qu'il en a pensé, le patron de bar.
    Par contre, je doute qu'il fasse de même pour tous les "habitués" qu'il croise...

Les commentaires sont fermés.