Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mouette

  • V.......comme Vacuité

    Je suis la reine du looping. Je vis la tête en bas, les fesses en biais...ça virvolte dans tous les sens...je sens que je vais vomir.

    Il y a des jours où je voudrais être une mouette (même si la chanson dit "que ça doit être chiant d'être une mouette"). Une mouette (la femme du chandon waf waf waf....) une mouette qui plane, qui fait bouirkkkk bouirkkkk, qui se goinfre de maquereaux et fait caca en vol....

    Le hic c'est que je suis urban la femme qui réfléchit plus vite que son ombre, la spécialiste du coupage de cheveux en quatre dans le sens de la longueur.

    Impossible de trouver la paix, toujours à chercher la baleine sous le gravillon. C'est épuisant ma bonne dame.

    Je pâtine et pédale à contre sens...

    Pour la première fois depuis longtemps, je suis déstabilisée professionnellement.....Le 12 février, j'irai rejoindre la cohorte des demandeurs d'emploi Classe 1 (ceux qui cherchent un job à temps plein et en CDI). J'ai connu des hauts et des bas, certes mais jamais cette immense lassitude qui me donne envie d'aller me réfugier sous la couette.

    Je me contrôle au quotidien pour ne pas exploser et envoyer tout au diable...prendre un grand sac de voyage et partir faire le tour du monde (ou celui du périphique....tiens une petite chronique sur les Ibis des portes de Paris....).

    C'est quand même fabuleux comment une seule personne peut soudain foutre en l'air des années de réussite professionnelle et de reconnaissance de vos pairs... comment d'un coup vous pouvez en être à vous poser des questions sur vos réelles compétences.

    Je trouve qu'il se passe de drôles de choses dans le monde du travail depuis quelques temps...finies les années dorées où le cadre était le roi du pétrole...le cadre aujourd'hui, il est corvéable à merci (c'est quoi les 35 heures ???), bousculable, engueulable....

    Demain matin,j'ai un entretien et je ne me sens pas prête...presque envie d'annuler, de ne pas y aller.

    Après je sais...il y aura l'attente du coup de fil magique....ou alors le silence assourdissant.

  • S....comme Super Grand Huit....

    Je suis la reine du looping. Je vis la tête en bas, les fesses en biais...ça virvolte dans tous les sens...je sens que je vais vomir.

    Il y a des jours où je voudrais être une mouette (même si la chanson dit "que ça doit être chiant d'être une mouette"). Une mouette (la femme du chandon waf waf waf....) une mouette qui plane, qui fait bouirkkkk bouirkkkk, qui se goinfre de maquereaux et fait caca en vol....

    Le hic c'est que je suis urban la femme qui réfléchit plus vite que son ombre, la spécialiste du coupage de cheveux en quatre dans le sens de la longueur.

    Impossible de trouver la paix, toujours à chercher la baleine sous le gravillon. C'est épuisant ma bonne dame.

    Pourtant il y des éclairicies dans mon monde bancal, une jolie rencontre il y a quelques jours....Théodule qui va mieux et semble sorti d'affaire même s'il me fend le coeur à le voir, tout tondu avec sa collorette, traverser l'appartement en poussant des miaulements tristounets...et il y a les amis qui sont présents, les sms, les appels, les projets, les soirées en perspective, l'affection, la tendresse....pour la première fois depuis longtemps je me sens entourée, appréciée et aimée...

    Et pourtant, je pâtine et pédale à contre sens...

    Pour la première fois depuis longtemps, je suis déstabilisée dans mon boulot. J'ai connu des hauts et des bas, certes mais jamais cette immense lassitude qui me donne envie d'aller me réfugier sous la couette.

    Je me contrôle au quotidien pour ne pas exploser et envoyer tout au diable... pour ne pas saisir mon sac (Kenzo) et mon manteau (Tara Tarmon) et leur dire à tous d'aller se faire voir chez plumeau....

    C'est quand même fabuleux comment une seule personne peut soudain foutre en l'air des années de réussite professionnelle et de reconnaissance de vos pairs... comment d'un coup vous pouvez en être à vous poser des questions sur vos réelles compétences.

    Lundi en fin de journée, j'avais un second entretien pour un poste qui me tente énormément... je suis arrivée à ce rendez-vous fatiguée, tendue...après une journée qui avait commencé à 9 heures par un sermon sur mon incapacité à améliorer les résultats de mon équipe... je n'ai même pas pu argumenter... la réponse est tombée comme un couperet "je suis à la limite de  l'incompétence !!!".

    Je trouve qu'il se passe de drôles de choses dans le monde du travail depuis quelques temps...finies les années dorées où le cadre était le roi du pétrole...le cadre aujourd'hui, il est corvéable à merci (c'est quoi les 35 heures ???), bousculable, engueulable....et surtout prier de la fermer parce qu'il y 500 personnes à la porte qui attendent votre chute pour récupérer le poste.

    Depuis ce matin, je suis donc sur les charbons ardents...j'attends un appel et je prie pour qu'il arrive vite, que je sois enfin fixée (oui ou non) que je puisse passer à la suite, à l'étape suivant.